Rédacteur : C. Courrier
2015_00_004 (Inscription complétée)

Dédicace des Thermes de Dioclétien

Concordance(s) : CIL, VI, 1130 = CIL, VI, 30567, 20 = CIL, VI, 31463 = EDR122748

Publication(s) :

G. Crimi, "Il contributo di EDR all’aggionamento del CIL : l’iscrizione dedicatoria delle Terme di Diocleziano alla luce di un nuovo frammento", Epigraphica, 77, 2015, p. 426-446, photo, dessin.

Bibliographie(s) :

G. Crimi, "CIL, VI, 30567, 20 : una nota aggiuntiva", Epigraphica, 78, 2016, p. 384-388.

Provenance : Roma, Rome, Roma, ville métropolitaine de Rome Capitale, Italie.

Découverte : En remploi dans un escalier, via del Cardello.

Conservation : Rome. Musei Capitolini. Centrale Montemartini.

Support : Plaque. Marbre. Fragment brisé de toutes parts.

26 x 45 x 8

Ecriture : 7,2 à 7,5 cm. Points triangulaires.

Texte : Latin. Dédicace de monument.


[DD(omini) nn(ostri) D]iocletia[nus et ⟦Max]imianus⟧ Inuicti

Seniores Augg(usti) [patres I]mpp(eratorum) et Caess(arum) et

DD(omini) nn(ostri) Constantius [et Maximia]nus Inuicti Augg(usti) et

[Seu]erus et Max[iminus no]bilissimi Caesares

thermas Felic[es Dio]cletianas quas

[M]aximianus Aug(ustus) re[die]s ex Africa sub

[pr]aesentia maie[statis su]e disposuit ac

[f]ieri iussit et Dio[cletia]ṇi Aug(usti) fratris sui

[n]omine consecra[uit] coemtis aedificiis

[p]ro tanti operis magnitudine omni cultu

perfec[tas] Romanis suis dedicauerunt.


Commentaire : Le texte restitué de la dédicace des Thermes de Dioclétien (ILS, 646), connu par la tradition manuscrite (CIL, VI, 1130 et p. 845, 3071, 3778, 4326, 4340) et par des fragments issus d’exemplaires différents de la dédicace (CIL, VI, 31242, 1-9 + AE, 2012, 203) est complété par CIL, VI, 30567, 20, ici en gras. Il ne fait qu’un avec CIL, VI, 31463 et p. 4348. Bien que partiellement transmis par l’Anonyme d’Einsiedeln, le texte se trouve complété de lettres inconnues de la tradition manuscrite. Le passage avait été restitué par des conjectures que le fragment ne vient que partiellement éclairer (cas de la diphtongue -AE l. 7, qui demeure problématique dans le détail : maiestate, maiestatae ou maiestatis suae). Il n’est jointif avec aucun des fragments conservés.

Datation : 305-306 p. C.