Rédacteur : C. Courrier
2015_00_008 (Nouvelle étude)

Épitaphe C. Iulius Polybius et de ses proches

Concordance(s) : CIL, VI, 19795 = EDR139791

Publication(s) :

S. Orlandi, A. Carapellucci, F. D’Andrea, I. Gabrielli, D. Kosmopoulos, C. Martino, M. Serra, "EDR - Effetti collaterali 2", SCA, 21/1, 2015, p. 247-248, n° 4, photo,
http://www.edr-edr.it/Documenti/EDR_effetti_collaterali_2.pdf.

Provenance : Roma, Rome, Roma, ville métropolitaine de Rome Capitale, Italie.

Conservation : Rome. En remploi dans la basilique inférieure, S. Clemente.

Support : Plaque. Marbre. Recomposée à partir de trois fragments et dont manque désormais l’angle supérieur gauche.

30 x 50 x ?

Ecriture : I long à la l. 4. 4,2 à 2,6 cm. Ponctuation.

Mise en page : Centrée.

Texte : Latin. Épitaphe.


C(aius) Iulius Polybii l(ibertus)

Abradates,

Iulia Beroes l(iberta) Olympias,

C(aius) Iulius Polybii l(ibertus) Argaeus,

Meuia Vrbana.


Commentaire : L. 5 : l’espace entre le gentilice et le cognomen a été laissé libre, peut-être (selon l’a.) pour y insérer ultérieurement la formule de patronat. C. Iulius Polybius, patron d’Abradates et Argaeus, serait l’affranchi d’Auguste décrit par d’autres sources comme un personnage de premier plan (PIR², I 475, qui envisage néanmoins la possibilité d’une homonymie). Iulia Beroe, patronne d’Olympias, se confond sans doute avec une femme connue par une inscription transmise par la tradition manuscrite (Cod. Vat. Lat. 11698 ; cf. J. Ruysschaert, Codices Vaticani Latini. Codices 11414-11709, Città del Vaticano, 1959, p. 472). Il y est question d’une esclave de Iulia Beroe qui exerçait la profession de uest(iplica), femme de chambre, ou uest(ifica), couturière.

Datation : Principat d’Auguste (?), d'après la prosopographie.