Epigraphica Romana
ANHIMA
Rédacteur : A. Bolanos
2016_15_024 (Nouvelle étude)

Épitaphe de [Sem?]pronius

Concordance(s) : AE, 1997, 954 = HEp, 1997, 10

Publication(s) :

R. Hernández Pérez, "Un posible « carmen Latinum epigraphicum » en una inscripción sepulcral del « ager Dianensis » (Pedreguer, Alicante)", Habis, 46, 2015, p. 99-104, photo,
http://hdl.handle.net/11441/48590.

Bibliographie(s) :

J.M. Abascal, J.A. Gisbert, "Cinco inscripciones latinas del territorio de « Dianium » (Denia, Alicante. « Hispania Citerior »)",  Lucentum, 14-16, 1995-1997, p. 91-93.

Provenance : Hispania citerior, Pedreguer, Dianium, province d'Alicante, Espagne.

Découverte : 1978.

Conservation : Dénia. Museu Arqueològic de la Ciutat de Dénia.

Support : Bloc. quadrangulaire. calcaire. brisé de tous côtés et très érodé.

(55) x (40) x 25

Ecriture : T summa à la ligne 3 ; I longa à la ligne 4 (sic). . Ligature(s) : NI à la ligne 2.. Points triangulaires avec le sommet en haut..

Texte : Latin. Inscription funéraire.


------ (?) | [--- omn[--- | --- Sem]proni fr[--- | ---]++e et c+e[--- | ---] sic in ṃ[--- | ---]s nunc hic +[--- | ---] sepulcrum [---]


Commentaire :

La nouvelle édition tiré de l’analyse in situ de la pièce la possibilité de lire le mot frater (soit-qu’il soit le cas) à la ligne 1, au lieu de fi[lius] comme les anterieurs éditeurs proposaient. Par ailleurs, ils réfléchissent sur la possibilité de considérer le fragment comme provenant d’une inscription métrique d’après les mots préservés, parmi lesquels se trouvent quelques-uns qui ne sont pas du tout courants dans les inscriptions en prose. Ainsi, la double deixis nunc hic de la ligne 5, qui es prope de l’antithèse quondam/nunc, qui médite sur la situation actuelle du défunt (la morte) par rapport sa vie sur la terre, et le sustantif sepulcrum. Bien sûr, les auteurs concluent qu’il serait hasardeux proposer des restitutions, mais dans la conviction de qu’il s’agit de une inscription, sinon métrique, au moin avec « un air poétique », d’après plusieurs lieux communs chez les CLE.

Datation : Première moitié du Ier s. p. C., D'après la paléographie.