Epigraphica Romana
ANHIMA
Rédacteur : S. Marcos
2016_17_008 (Nouvelle étude)

Identification d'une épitaphe perdue d'Augusta Emerita

Concordance(s) : RIB, 2328, RIB 2328 = CIL, II, 585 = ERAE, 377 = HEp 21569 = HD 071438 = AE, 2016, 672

Provenance : Lusitanie, Mérida, Augusta Emerita, province de Badajoz, Espagne.

Conservation : Canterbury. Canterbury Roman Museum.

Support : Autel. Base surmontée d'un fronton. Marbre. Acrotères et plinthe moulurée.

36 x 15 x 6

Ecriture : 1,6 à 2,5 cm. Ligature(s) : L. 3 : A et E ; L. 8 : entre le M, A et E. Petit point triangulaire entre chaque mot.

Texte : Latin. Épitaphe.


D(is) M(anibus) S(acrum)

P(ompeiae ?) Val(eriae) Maxi-

minae ann(orum)

VI Opp(ia) Vale-

ria et S(extus) Pom(peius ? -ponius ?)

Capratinus

filiae pienti-

ssimae f(aciendum) c(uraverunt). S(it) t(ibi) t(erra) l(euis).


Commentaire :

L'a. remet en question la provenance italienne -généralement acceptée- de RIB 2328* pour l'identifier avec l'inscription CIL, II, 585 d'Augusta Emerita, jusqu'à ce jour perdue. Après avoir perdu sa trace, la pierre semble effectivement réapparaître en Angleterre en 1833.

Rareté du nom Capratinus.

Datation : Fin du IIe - début du IIIe s. p. C..